|Santé
Remettre à niveau l'offre de soin

Mesure N°11

Santé Consulter les autres mesures
En cours
> Posera dès 2018 les bases d’une agence de santé pour Mayotte (création d’un poste de directeur général adjoint et d’effectifs supplémentaires sur site) avec pour cible sa pleine mise en place d’ici 2020 ;
Article mis à jour le 20/10/18

Les bases de la création d’une Agence régionale de santé (ARS) ont été posées avec la création des postes de Directeur général adjoint et de Secrétaire général. Le recrutement des effectifs est actuellement en cours. L’agence devrait être opérationnelle en 2020. Un directeur général adjoint a été nommé (Xavier Montserrat)

En place
le 26/09/2018
> Élaborera un projet de santé mahorais 2018-2022 permettant de mieux prendre en compte les besoins et les spécificités du département ;
Article mis à jour le 26/09/18

Le projet de santé mahorais 2018-2022 a été adopté par l’agence régionale de santé. Il avait reçu un avis favorable au mois de juin 2018, lors de sa présentation la Conférence annuelle de la Santé et de l’Autonomie.

En place
le 26/09/2018
> Augmentera de 50% le fonds d’intervention régional en 2018 (de 7,5 à 11,7 millions d’euros) puis le doublera en 2019 par rapport à 2017 (15,6 millions d’euros), afin de mettre en place un ambitieux programme de santé publique en faveur de ce territoire.
Article mis à jour le 21/10/18

L’Agence régionale de santé Océan-Indien a bénéficié d’une augmentation de 3,9 millions d’euros du Fonds d’intervention régional (FIR) en 2018, permettant d’augmenter de 50% la part consacrée à l’intervention à Mayotte. Un abondement équivalent sera effectué en 2019 portant ainsi la part du FIR Mayotte à 15,6 millions d’euros.
Cette dotation supplémentaire de 3,9 millions d’euros perçue en 2018 a pour objectif le développement de 5 missions prioritaires et politiques de santé déclinées dans le Projet régional de santé, en coordination avec les associations, collectivités, profesionnels de santé :

  • Promotion de la santé et prévention ;
  • Parcours de santé et qualité/sécurité des soins ;
  • Permanence des soins et répartition des professionnels de santé ;
  • Efficience des structures sanitaires ;
  • Démocratie sanitaire.

Les associations sont bénéficiaires d’un tiers de l’abondement de 3,9 millions d’euros. Le Centre hospitalier en perçoit 28%, dont 38% au titre d’actions de prévention.